buy sildenafil 1
buy sildenafil 2
buy sildenafil 3
buy sildenafil 8
buy sildenafil 8
buy sildenafil 18
Le Comité directeur de la Plateforme pour L’État de droit en Asie centrale – JUSCOOP
ACCUEIL > Domaines de droit > Droit civil > Droit pénal > Droit Privé > Droit Public > Droits de l’Homme > Evènements > Le Comité directeur de la Plateforme pour L’État de droit en Asie centrale
Le Comité directeur de la Plateforme pour L’État de droit en Asie centrale
Par Ministère de la Justice
Le 06/04/2018
#Asie Centrale, #Etat de droit, #programme de coopération

astana_270417_1

Le ministère de la Justice, par l’intermédiaire du service des affaires européenne et internationale (SAEI),  porte pour la France un projet de coopération Plateforme pour l’Etat de droit en Asie centrale. Dans ce cadre, deux représentants de ce service et des responsables de l’Ambassade de France au Kazakhstan étaient invités à intervenir au comité de pilotage du projet et à la réunion d’experts qui se sont tenus à Astana les 27 et 28 mars 2017.

Cette plateforme assure le développement d’un programme d’actions régionales et nationales comprenant des conférences, des sessions de formation et la rédaction d’études autour de la thématique de l’Etat de droit. Ont ainsi été par exemple réalisés une sensibilisation au droit des élèves kirghizes avec le concours du Barreau de Paris et l’audit d’une juridiction kazakhstanaise, réalisé conjointement par un magistrat français et une magistrate kazakhstanaise. Ces actions apparaissent d’autant plus opportunes dans le contexte actuel de réforme impulsées dans certains de ces Etats, le Kazakhstan vient ainsi d’achever une réforme constitutionnelle.

Des représentants de la Commission européenne, des Etats membres actifs au sein de la Plateforme et des Etats d’Asie centrale ont participé à ces deux jours de conférence afin de dresser un bilan du programme. Le SAEI a tenu à rappeler l’importance du maintien du dialogue avec les différents pays d’Asie centrale sur la thématique de l’Etat de droit à travers ce programme de coopération. Les représentants des Etats membres ont plaidé pour une poursuite du projet au-delà de la fin de la deuxième phase, au début de l’année 2018.